Green jungle : ma wishlist

En ce moment, j’ai une obsession pour les plantes. J’en ai acheté pas mal récemment, mais j’en veux encore plus. C’est sûrement dû en partie à la frustration de ne pas encore avoir trouvé une maison avec un jardin qui nous plaise. On cherche, c’est un peu long, et en attendant de pouvoir m’occuper d’un bout de jardin, j’ai envie de mettre du vert partout dans mon intérieur. Le gros point noir ? Mon chat, qui ne peut pas s’empêcher d’attaquer les feuilles à sa portée et de retourner la terre qu’il peut atteindre. Cela m’oblige à mettre mes plantes à des emplacements stratégiques dont le nombre commence à réduire au fur et à mesure de mes achats. Bref, j’ai tout de même établi une petite wishlist des plantes qui me font rêver, histoire de me faire patienter. Et je compte bien acheter ces petites merveilles dès que j’aurai davantage de place !

Lire la suite

Des petits gestes qui comptent (moteur de recherche, banque, électricité)

En ce moment, je change pas mal de petites choses dans ma vie, et ce afin de la rendre plus écolo, plus juste, plus en accord avec mes convictions. Des choses auxquelles on ne pense pas forcément, du moins que l’on ne pense pas forcément à changer, mais qui comptent.

ecosia_logo

On commence avec la chose la plus facile à modifier : son moteur de recherche Internet ! En effet, Google a beau être le plus évident et le plus connu, il existe des tonnes de moteurs de recherche différents. J’ai pour ma part opté pour Ecosia qui, grâce aux revenus publicitaires qu’il génère, plante des arbres. Ce moteur de recherche est très efficace et hyper simple à installer un peu partout (sur Chrome sur votre ordinateur, sur votre iPhone..). Le petit compteur d’arbres plantés est très sympa et monte assez vite, ce qui est plutôt encourageant ! Mais il existe tout un tas d’autres moteurs de recherches qui valent le détour, en fonction de vos centres d’intérêt et préférences. Je pense notamment à Lilo qui, grâce aux recherches de ses utilisateurs, finance divers projets sociaux et environnementaux. Le principe est plutôt simple : chaque recherche vous fait gagner une goutte d’eau, et vous pouvez ensuite choisir d’investir vos gouttes d’eau dans le projet que vous préférez. J’ai préféré opter pour Ecosia car on m’a dit que le compteur de gouttes de Lilo était long à remplir, en d’autres termes qu’il fallait être très patient pour pouvoir participer à un projet (mais je n’ai pas vérifié si c’était vrai donc n’hésitez pas à réagir dans les commentaires si vous l’utilisez !). En outre, ça demande davantage de temps de regarder tous les projets qu’ils soutiennent pour voir celui auquel on aimerait contribuer, mais il faudrait malgré tout que je me penche sur ce moteur de recherche dont on entend de plus en plus parler. Si vous êtes incertain, vous pouvez d’ailleurs décider d’utiliser Lilo sur votre ordinateur et Ecosia sur votre téléphone histoire de varier les bénéfices !

Lire la suite

Ma solution pour l’eau : la fontaine filtrante EVA

Quand on commence à faire attention aux déchets, on finit forcément par se poser la question épineuse de l’eau. Alors, qu’est-ce qui est le mieux : l’eau en bouteille, l’eau du robinet, les carafes Brita ? Pour ma part, je n’ai jamais acheté de packs d’eau. D’une part pour le prix, d’autre part pour le fait que les bouteilles sont en plastique et que, vu notre consommation d’eau quotidienne, ça me rendrait malade de jeter autant de bouteilles en plastique vides par jour.

Pendant longtemps, j’ai donc bu l’eau du robinet. J’avais investi (recyclé en fait) dans 2 bouteilles en verre que je remplissais et laissais ouvertes à l’air libre (j’ai toujours lu et entendu qu’il fallait laisser l’eau du robinet s’éventer plusieurs heures avant de la boire). C’est clairement la solution la plus pratique et économique. Il restait néanmoins un gros problème : la qualité de cette eau. Elle est en effet, à Lille en tout cas, très calcaire. Et je pouvais très bien le remarquer aux traces laissées dans mes bouteilles en verre et dans ma bouilloire. Mais ce n’est pas tout. Vous avez sûrement entendu parler des résidus de plein de substances toxiques, médicamenteuses, hormonales et autres que l’on peut apparemment retrouver dans l’eau du robinet…

Lire la suite

Faut-il nécessairement vivre à la campagne pour être « green » ?

Tout d’abord, je tiens à vous souhaiter une excellente année 2016. J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes et que l’année qui vient vous apportera, à chacun d’entre vous, ce que vous souhaitez.

IMG_7834

C’est en effet une question que je me suis déjà posée à maintes reprises. Moi qui adore la nature, les grands espaces, les longues balades, courir en plein air, les randonnées, les animaux, les feuilles mortes, l’automne, les plantes.., est-ce que je suis faite pour vivre à la campagne ? Est-ce que vivre en ville, qui plus est en plein centre-ville de Lille, ne va pas à l’encontre de mes principes ?

En partant de chez mes parents, je ne voulais surtout pas aller vivre à Lille. Je vivais alors à Marcq-en-Barœul et souhaitais garder ce cadre de vie, à la fois proche de Lille et proche de la campagne. Et puis, je me suis laissée convaincre par mon copain qui en avait marre que nos copains viennent chez nous à reculons car il fallait prendre la voiture et que ce n’était pas pratique, qu’à chaque fois que nous devions nous-mêmes aller à Lille il fallait penser à se garer, ne pas boire tous les deux le soir pour pouvoir rentrer en voiture par la suite, etc. Il avait vraiment envie de profiter d’être encore en pleine jeunesse (nous avons tous les deux 25 ans) pour essayer la vie en ville. Nous sommes donc restés 1 an et demi à Marcq-en-Barœul avant de déménager sur Lille, en plein cœur du Vieux Lille, il y a maintenant 6 mois.

Lire la suite