10 choses que je n’achète plus (+ solutions écolos)

Après avoir visionné une vidéo de Myrtee sur le même sujet, j’ai eu envie, moi aussi, dans une optique « zéro déchet », de vous partager 10 choses que je n’achète plus sur le blog.

Long aparté sur la raison pour laquelle je mets toujours l’expression « zéro déchet » entre guillemets : comme l’a fait récemment remarquer mon amie Audrey Redac, notre société actuelle a la fâcheuse tendance à être dans une recherche constante de perfection. Si l’on se dit vegan, il y aura forcément quelqu’un pour nous regarder d’un air dubitatif de la tête aux pieds et nous demander « donc tes chaussures ne sont pas en cuir ? », ou bien pour nous montrer du doigt en cas d’éventuel faux pas, si l’on mange quelque chose de végétarien et non végétalien. Dans le même ordre d’idées, le terme « zéro » de « zéro déchet » semble vouloir dire que notre objectif est de ne plus produire aucun déchet, ce qui est tout bonnement impossible à moins de ne plus vivre et de ne pas considérer notre corps comme un déchet (c’est joyeux !). Même la papesse du mouvement, Béa Johnson, met ses déchets annuels dans un petit bocal, et non, il n’est pas vide ;) Bref, cette recherche de la perfection est très culpabilisante, et les ayatollahs de chaque mouvement, prêts à taper sur les doigts à chaque geste de non-perfection, très énervants, il faut le dire. Cela pousse d’ailleurs de plus en plus de personnes à ne pas vouloir s’enfermer dans une case, justement à cause de tout cela. Et pourtant, ces termes, végétarisme, véganisme, minimalisme, « zéro déchet », permettent de communiquer facilement sur des sujets intéressants et importants ! Alors un peu de bienveillance en 2019 s’il-vous-plaît :) !!

  • Bouteilles d’eau

La première chose que je n’achète plus depuis longtemps, ce sont des bouteilles d’eau. Avec notre consommation d’eau, et surtout celle de mon mari, j’ai vite été embêtée par cette dépense et, surtout, tout ce plastique mis si rapidement à la poubelle ! Au début, je me contentais de boire l’eau du robinet que j’éventais un peu à l’air libre avant de la consommer quand c’était possible. Le goût ne me satisfaisait néanmoins pas, de même que tout ce qu’on peut lire sur les traces et résidus que l’on peut y trouver. Comme je vous l’ai expliqué dans cet article, j’ai donc investi dans une fontaine à eau Eva qui filtre et reminéralise l’eau.

Ce modèle n’existe plus, mais voici les alternatives que je vous conseille : les bâtons de charbon actif (à faire bouillir au bout de 3 mois, puis au bout de 6 mois on peut le recycler pour absorber les odeurs de poubelle, de litière, de chaussures, le placer dans un pot de plante d’intérieur, sous terre dans le jardin pour le fertiliser, ou encore le mettre dans le compost !), les billes de céramique (durée d’utilisation illimitée) ou bien la nouvelle fontaine à eau O! pour ceux qui ont davantage les moyens, et qui est en fait la remplaçante de la fontaine Eva que je possède.

  • Pailles en plastique (et en papier !)

Une chose que je n’achetais pas souvent, uniquement pour des cocktails comme les mojitos en soirée je crois, et que je n’achèterai plus, ce sont les pailles en plastique. J’ai maintenant un petit lot de pailles en inox (on en trouve en noir ou métal) dont j’aime la finesse, mais vous pouvez aussi maintenant en trouver en bambou, un peu plus larges !

  • Essuie-tout & serviettes en papier

Quand j’ai des invités à la maison, on finit souvent par me demander un bout d’essuie-tout ou une serviette en papier, que ce soit pour nettoyer une tache sur la table ou parer à un verre renversé. Et quand je dis que je n’en ai pas, les regards sont souvent étonnés. Mais je ne fais pas rien, à la place je ramène une lavette ou un essuie-tout réutilisable et c’est tout aussi efficace ! De plus, de belles serviettes en coton, ou encore mieux en lin, sont du plus bel effet sur une jolie table.

  • Papier aluminium/film alimentaire/papier cuisson

Pour conserver des aliments ou les cuire, il existe plein de solutions réutilisables. Tout d’abord, pour emballer des restes, vous pouvez réutiliser des pots type conserves que vous avez préalablement nettoyés et dont vous avez enlevé l’étiquette si vous y arrivez (c’est la plaie pour certains pots grrr !), emballer le tout dans boîtes type Tupperware, ou encore apposer un bee wrap ou une charlotte sur le contenant de votre choix. Pour cuire, il existe des feuilles ou tapis de cuisson lavables très pratiques !

  • Sacs poubelle

Plus besoin de sacs poubelle ici, mais je n’achète rien de plus écologique pour les remplacer. J’utilise en effet tous les sacs que l’on peut me donner lorsque l’on me ramène ou offre quelque chose, mais je réutilise aussi parfois les plastiques que l’on a dans certains colis ou boîtes d’objets neufs que l’on achète et qui servent à les protéger. Alors certes, le litrage est bien plus limité que les sacs poubelle que l’on peut acheter dans le commerce, mais j’ai aussi de bien plus petites poubelles qu’avant et cette technique est donc suffisante pour mon usage et ma quantité de déchets.

  • Cotons jetables

On passe désormais à la salle de bain et aux cotons démaquillants ou nettoyants qui sont très faciles à remplacer par des cotons lavables que l’on trouve maintenant à peu près partout. Que ce soit pour me démaquiller lorsque je ne le fais pas à l’huile, pour appliquer une lotion, pour utiliser le liniment pour mon bébé, les cotons lavables font partie de mon quotidien ! Vous pouvez en trouver plein sur Etsy, mais au niveau des marques je vous en partagerais deux : Les Tendances d’Emma, pionniers dans le domaine, et ManaMani que j’ai découvert très récemment et dont le sac pour stocker et différencier les cotons propres des sales est ingénieux.

  • Mouchoirs en papier

On passe maintenant à un produit facilement trouvable en « zéro déchet » mais qui divise à cause de la sacro-sainte hygiène ! Pour ma part, nous avons trois bocaux dans la salle de bain, un avec nos mouchoirs en tissu propres, un avec ceux que j’ai utilisés et le dernier avec ceux de mon mari et tout va très bien, je vous rassure. Je les lave parfois avec un peu d’huile essentielle d’arbre à thé en cas de gros rhume, sinon je les lave normalement.

  • Protections hygiéniques jetables

Au niveau de l’hygiène féminine, il existe maintenant différentes solutions écologiques : la coupe menstruelle, les serviettes lavables et les culottes lavables. Pour ma part j’ai les trois : une coupe menstruelle commandée il y a plusieurs années sur iHerb, mais vous pouvez maintenant en trouver très facilement en magasin bio notamment, une seule serviette lavable en chanvre qui vient de Greenweez et qui est énorme – il faudrait d’ailleurs que je me penche sur la marque Dans Ma Culotte qui en propose de très jolies, – et j’ai eu l’immense plaisir de recevoir différentes culottes et shortys de règles de la marque française Fempo, modèles classique et flux abondant. Et que ce soit avant mon accouchement en fin de grossesse ou en post-partum, elles sont grandement validées ! J’ai hâte de les tester en période de règles mais je n’ai nul doute sur leur efficacité ;) Le code MERCISEGO vous permet d’économiser 10 % sur vos achats Fempo.

  • Multiples produits d’entretien 

Quand on passe au naturel et au « zéro déchet », l’une des choses les plus faciles à faire est d’arrêter d’acheter de multiples produits d’entretien nocifs et de se procurer quelques petites choses pour fabriquer soi-même des produits nettoyants multi-fonctions. L’ingrédient star ? Le vinaigre blanc. Avec ça, vous pourrez faire plein de choses. Vous pouvez d’ailleurs vous servir des deux recettes de sprays nettoyants (l’un à rincer, l’autre non) de Julie du blog Banana Pancakes que vous pouvez retrouver ici. Pour ma part, j’ai un spray nettoyant composé d’1/3 de vinaigre blanc dans lequel des écorces d’orange et/ou de citron bio ont macéré pendant plusieurs semaines pour lui donner une meilleure odeur, et de 2/3 d’eau. Et je nettoie à peu près tout avec : mes vitres, ma salle de bain, ma cuisine, etc. Pour le sol, je dilue du savon noir dans de l’eau chaude. Pour les toilettes, je verse de temps en temps du vinaigre blanc dans le fond des toilettes, j’y mets aussi la brosse à tremper pour qu’elle soit un peu nettoyée elle aussi, et la prochaine personne à aller aux toilettes aura le plaisir de passer quelques minutes à bien tout frotter avant de tirer la chasse d’eau et d’y faire ses besoins. Voilà pour l’essentiel !

Dans les produits un peu plus « techniques » si l’on peut dire, je réalise moi-même ma poudre nettoyante pour le lave-vaisselle. Ce n’est pas vraiment technique car il suffit en fait de mélanger des ingrédients secs entre eux. Je n’ai pour l’instant utilisé que cette recette d’Audrey Redac et n’en ai pas essayé d’autre. Je n’achète plus non plus de liquide vaisselle et ai réalisé il y a maintenant plusieurs années cette recette de cake vaisselle qui m’a donné 3 ou 4 gros galets dont je vois le bout, mais qui m’auront bien duré deux ans si je ne dis pas de bêtise ! Je suis d’ailleurs très satisfaite de leur pouvoir nettoyant ET dégraissant ;)

  • Assouplissant (+ point lessive)

En matière de lessive, je la fabrique moi-même depuis bien longtemps, encore une fois avec la recette de Julie. J’en suis plutôt satisfaite mais je vais devoir repasser à une lessive conventionnelle pour certaines machines car je vais bientôt passer aux couches lavables, et la méthode efficace pour les laver (dixit ce groupe Facebook très intéressant sur le sujet) nécessite de ne pas utiliser de lessive maison mais une lessive conventionnelle approuvée. Pour l’assouplissant en revanche, cela fait longtemps aussi que je suis passée au même mélange que pour le spray nettoyant : 1/3 de vinaigre blanc naturellement aromatisé ou non, 2/3 d’eau, voire quelques gouttes d’huiles essentielles en plus (pas depuis que je suis enceinte et que j’ai un tout petit bébé à la maison). La recette se trouve sur la fiche de Julie, avec celle de la lessive que je vous ai partagée quelques lignes plus haut ! Ah oui, et si je veux vraiment un pouvoir un peu plus détachant, j’ajoute un peu de cristaux de soude ou de percarbonate de soude dans le tambour, et c’est parti !

Et voilà, j’en ai fini. J’espère vraiment que cet article vous aura plu, inspiré, aidé, fait découvrir de nouvelles choses simples à mettre en place. L’une des seules choses que je ne pourrai jamais remplacer et qui continue à me faire aller au supermarché (parce qu’en magasin bio c’est super cher) ? Le papier toilette bien sûr ;)

A bientôt !

5 réflexions sur “10 choses que je n’achète plus (+ solutions écolos)

    • pampleluneh dit :

      Oui franchement une lavette ou une éponge qu’on a presque tous à la maison, ou encore des essuie-tout lavables, si on veut investir, font vraiment le job ! Bon courage pour le motiver à ne plus en acheter ^^

      J'aime

  1. Veggie Lille dit :

    Très intéressant cet article, ça donne des idées ! Sais tu dans quelle boutique trouver du papier cuisson lavable sur Lille ? Je ne pense pas en avoir déjà vu chez Biocoop. Merci d’avance :)

    J'aime

    • pampleluneh dit :

      Sans être sure du tout je tenterais la Boutique à Pâtisser rue Pierre Mauroy ! A mon avis il y a de fortes chances d’en trouver là-bas.

      J'aime

Répondre à Veggie Lille Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s