Au travers de l’Islande (partie 2)

Après vous avoir partagé la vidéo de mon voyage, mes astuces et adresses pour manger veggie/vegan, vous avoir expliqué comment j’ai organisé ce roadtrip et avoir commencé à vous énoncer les différentes étapes de notre itinéraire, je reviens aujourd’hui pour en finir avec l’Islande ! Hé oui, toutes les bonnes choses ont une fin..  Je vous avais quittés après avoir été éclaboussés par les chutes de Dettifoss, je reviens aujourd’hui avec une route des hautes terres ;)

En effet, autre étape formidable de notre voyage : une autre route du centre de l’Islande, la piste d’Askja ou route F88. Cette route travers des rivières, des champs de lave et passe à côté de cratères pour arriver jusqu’à la caldeira d’Askja accessible à pied. Pour info, c’est une éruption qui forma le lac de la caldeira et le cratère Víti en 1875. Autre info importante : pour atteindre l’Askja, un 4×4 est bien sûr indispensable, comme toujours pour les pistes du centre de l’Islande, mais pas n’importe lequel puisque vous aurez des rivières à gué à traverser. Veillez donc à ne pas forcément prendre les modèles les moins chers de votre agence de location. C’est certes un investissement, mais il est nécessaire si vous souhaitez voir les hautes terres (lorsque les routes sont ouvertes, à partir de mi-/fin juin en général, à vérifier) ?

Nous avons continué cette route vers la piste de Kverkfjöll en prenant la route F902 à partir d’Askja. Nous avons roulé jusqu’au refuge Sigurðarskáli derrière lequel part un chemin de 2 km aller-retour qui monte vers le sommet du Virkisfell à 1 109 mètres de haut et offre ainsi une vue magnifique  sur le glacier Kverkfjöll (et c’est là que la préparation de mon mariage a commencé..).

Comme on est en plein dans les routes de la région des hautes terres, j’en profite pour vous glisser une sélection de photos de différentes voitures et bus particulièrement adaptés au relief islandais ! Au moins, rien ne les arrête ;)

Nous nous sommes ensuite dirigés vers les fjords de l’Est et nous sommes arrêtés dans le très mignon et coloré de Seyðisfjörður. Au lieu d’emprunter la route circulaire (la route 1), n’hésitez pas à emprunter les routes 92 et 96, plus longues mais goudronnées pour descendre vers le Sud-Est.

En arrivant dans le Sud-Est, nous sommes d’abord allés voir la langue glaciaire de Fláajökull. La route d’accès de 8 km praticable pour tous les véhicules est signalée sur la route circulaire, puis un chemin de randonnée y mène.

Nous nous sommes ensuite rendus à la très fameuse lagune de Jökulsárlón qui permet de voir de nombreux icebergs qui dérivent vers la mer ainsi que des phoques qui y prennent du bon temps. Ces icebergs se détachent du glacier Breiðamerkurjökull, une ramification du Vatnajökull, et dérivent vers l’océan Atlantique en traversant la lagune. Beaucoup admiré, ce lieu m’a plutôt fait mal au coeur car ce phénomène et cette lagune n’ont que 80 ans et sont en fait l’une des nombreuses conséquences du réchauffement climatique.

Toujours dans le Sud-Est, nous nous sommes arrêtés à la vieille ferme de Núpsstaður située dans un cadre bien vert ultra photogénique, puis dans le Skaftafell, qui constitue la partie Sud du parc national du Vatnajökull. Dans ce parc, nous avons choisi d’aller voir Svartifoss, la « cascade noire ». De là, nous avons continué jusqu’à Sjónarsker (nous étions censés avoir une belle vue mais il y avait beaucoup de brouillard et de pluie quand nous y étions), puis jusqu’à une autre ferme traditionnelle, Sel. Cette randonnée est facile et prend environ 1 h 30.

Nous avons continué sur la route circulaire jusqu’à Vík où se trouvent différents sites naturels particulièrement intéressants : tout d’abord la plage de sable noir Reynisfjara sur laquelle on peut admirer en saison de nombreux macareux qui sont installés en haut des colonnes de basalte, puis la formation rocheuse en arche de Dyrhólaey que l’on voit déjà de la plage de Reynisfjara.

Nous nous sommes ensuite arrêtés à la cascade de Skógafoss avant de rejoindre une piscine géothermale gratuite : Seljavallalaug. La route d’accès à cette piscine se trouve à 7 km à l’Ouest de Skógar, plus précisément à Edinborg d’où il faut suivre la route 242 et les panneaux indiquant Seljavellir. Il suffit ensuite de se garer près d’une ferme (vous y verrez d’autres voitures normalement) et de remonter un chemin pendant une dizaine de minutes.

Nous avons encore une fois regagné des terres un peu plus à l’intérieur du pays, plus exactement Landmannalaugar par la route F225. De là, nous avons effectué l’une des randonnées qui part de derrière le refuge vers le sommet du Brennisteinsalda. Nous avons monté à travers un champ de lave et des colonnes de vapeur jusqu’au sommet pour avoir une belle vue du lieu, puis sommes redescendus par un autre chemin à l’arrière, à travers une plaine. Nous avons eu la chance d’avoir eu un excellent temps cette matinée-là. Pour quitter Landmannalaugar, nous avons cette fois pris la route F208.

Comme nous étions en avance sur notre planning, nous avons décidé de ne pas rejoindre la péninsule de Snæfellsness immédiatement, mais de monter jusqu’aux fjords de l’Ouest avant. Nous avons tout d’abord arpenté la côte du Strandir. Notre premier stop a été au nord de Drangsnes, plus précisément à Bjarnarfjörður derrière l’hôtel Laugarhóll où l’on peut visiter gratuitement une maison de sorcier.

Nous sommes ensuite montés jusqu’à Norðurfjörður avant de redescendre et de traverser en direction de Reykjanes pour silloner le reste des fjords de l’Ouest. Nous avons notamment été voir l’un des plus vieux jardins botaniques islandais à Skrúður, dont l’arche d’entrée est faite d’os de baleine. C’est également dans cette région que j’ai vu la plus belle cascade islandaise selon moi, à savoir Dynjandi. Petite info rigolote : à Bílduladur se trouve le musée islandais des Monstres marins Skrímslasetur que nous n’avons pas visité mais près duquel nous avons vu ce drôle de panneau arborant la mention « Beware of Sea Monsters ! ». N’hésitez d’ailleurs pas à continuer après Bílduladur sur la route 619 qui offre de très jolies vues ! Enfin, la péninsule de Látrabjarg offre différents sites d’intérêt, notamment la plage aux teintes rougeâtres de Rauðasandur, la plage de Breiðavík et la falaise aux oiseaux de Látrabjarg.

Dernière étape du voyage avant de repartir vers Reykjavík : la péninsule de Snæfellsness. Comme nous venions du Nord, nous avons commencé par nous arrêter dans la ville de Stykkishólmur qui possède un port très mignon, puis dans le parc national du Snæfellsjökull et enfin entre Hellnar et Arnarstapi. Sur notre route vers le parc national du Snæfellsjökull, nous avons admiré le Kirkjufell, montagne haute de 463 mètres que l’on aperçoit dans le film La vie rêvée de Walter Mitty avec Ben Stiller. Arrivés au parc, ne manquez pas la plage de sable noir de Djúpalónssandur.

Et voilà, j’en ai enfin fini avec tous mes articles à propos de l’Islande. J’espère vraiment que tout ça vous aura donné envie d’y aller et aidé !

A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s