Mon cheminement vers le véganisme

20e84-img_6826

Il y a un an et demi, déjà (en avril 2014), je devenais végétarienne, du jour au lendemain. Pour cette étape, je n’ai pas en effet pas eu besoin d’y aller pas à pas, et force est de constater que ça a bien fonctionné pour moi. La viande (entre autres) ne me manque absolument pas. Je n’ai jamais eu envie de craquer, alors même que je n’ai jamais arrêté par goût. Ça peut paraître bizarre à dire, mais j’adore le goût de la viande. J’adorais le foie gras par exemple. J’irais même plus loin en vous avouant que je râlais à la perspective de ne pas manger de foie gras à Noël car ça me semblait être une hérésie, une incohérence impardonnable ! J’appréciais également beaucoup le canard, le lapin, les tournedos de bœuf, les burgers maison.. Je mangeais aussi du foie, du cheval.. Bref, de tout je vous dis, sans parler du poisson ! Si je suis devenue végétarienne, c’est donc uniquement par conviction et pour 3 raisons essentielles : la traite des animaux, l’environnement et la santé. C’est un mode de vie qui correspond de toute façon parfaitement à mes convictions, à ma vision de la vie et à mes objectifs de vie.

Au début de mon végétarisme, je m’autorisais encore de temps en temps à manger du poisson dans les restaurants pour lesquels il n’y avait aucun autre choix possible. Je trouvais ça « moins pire » que la viande. Aujourd’hui, même le poisson je n’en veux plus. J’ose maintenant systématiquement demander un plat végétarien car je trouve que c’est un comble que certains restaurants n’aient même pas une seule référence végétarienne à leur carte ! Sans être une ayatollah du végétarisme, il est quand même conseillé, pour la santé, de ne pas consommer de viande à chaque repas, non ? Alors certes, il y a la volaille, le poisson, mais tellement d’autres ingrédients encore !  Et quelle n’est pas ma déception lorsque je me retrouve à manger une salade mal lavée avec presque rien dedans et un assaisonnement tout fait type sauce blanche pour 15 €.. C’est pourtant si facile de préparer quelque chose. Rien qu’une omelette ! Et vous n’allez pas me dire qu’ils ne cuisinent que de la viande et n’ont aucune garniture ? Une assiette composée avec les différentes garnitures proposées dans le restaurant pourrait ainsi tout à fait convenir (des légumes, de la purée et de la salade par exemple).

Bien sûr, je ne vous parle même pas de référence végane. Car, oui, nous sommes devenus vegans chez nous. « Nous » ? Oui, nous.

3c0ca-img_6645

J’ai passé plus d’un an de mon végétarisme « seule ». Entendez par là que mon copain était omnivore et que je continuais donc à lui cuisiner de la viande occasionnellement (dans des burgers par exemple, avec des steaks pour lui et une galette végétarienne pour moi, mais je ne faisais pas deux menus différents à chaque repas car de toute façon il mangeait de la viande presque tous les midis dans ses petits plats et à chaque repas de famille). Je ne l’ai jamais forcé pour rien du tout. Ce n’est pas du tout mon credo. Je ne revendique absolument pas mes croyances et ne prétend convertir personne (ces termes religieux étant choisis car ce n’est justement pas une religion !!). Chacun fait bien ce qu’il veut. Si l’on souhaite me parler de ce sujet par intérêt, sans animosité, je suis néanmoins très contente de partager mes avis et connaissances. Mais je pense vraiment que c’est en voyant les effets positifs que cela a sur moi, en partageant (à mes proches, sur les réseaux sociaux) que je peux agir le plus efficacement à mon échelle. Pour en revenir à mon copain que je n’ai jamais forcé, bien sûr, il mangeait souvent végétarien le soir et le week-end car j’aime cuisiner et, forcément, j’avais envie de tester plein de recettes végétariennes. Mais à part ça je ne l’ai jamais réprimandé de manger de la viande en famille par exemple, ou au restaurant, ou entre amis. J’avoue, je lui ai peut-être déjà dit que rien qu’arrêter le foie gras, ce serait pas mal quand même. Mais j’étais de toute façon persuadée que jamais il ne deviendrait végétarien, même s’il était sensible à la cause, n’allait pas contre moi et me comprenait tout à fait (je me souviens néanmoins de quelques phrases me reprochant qu’il ne pouvait plus manger ce qu’il voulait, alors même que c’est moi qui me suis toujours occupée des repas, ce à quoi je lui répondais que s’il voulait manger ce qu’il voulait, il n’avait qu’à faire les courses et se préparer lui-même ses repas).

IMG_7671

Bref, quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’il m’a annoncé vouloir devenir végétarien, du jour au lendemain, en juin dernier. Pourquoi à ce moment-là ? Parce que nous venions d’aller voir le film Cowspiracy, projeté à Lille par l’association L214 (vous pouvez retrouver leurs actions sur leur page Facebook) qui traite surtout de l’impact des produits laitiers sur l’environnement. Et mon copain est très porté sur l’environnement justement, c’est d’ailleurs pour cela que je lui avais proposé de venir avec moi (et puis je n’avais pas envie d’y aller toute seule). Il travaille dans le domaine si l’on peut dire, et c’est donc vraiment par ce levier qu’il est devenu végétarien (même si désormais il l’est aussi par rapport à la traite des animaux). Néanmoins, ce n’était pas du tout calculé. J’espérais juste qu’il comprenne pourquoi je faisais ça, pourquoi je me tournais de plus en plus vers le véganisme. En fait, je voulais qu’il arrête de râler car je n’achetais plus de lait et moins de yaourts, voilà tout. Mais ça a eu un effet bien plus grand, et j’en suis forcément très contente. Car c’est bien plus facile pour moi de faire les courses, de cuisiner, et surtout bien plus épanouissant. Nous sommes tous les deux sur la même longueur d’ondes, nous pouvons en discuter. Quelques semaines après sa décision de devenir végétarien, il s’est d’ailleurs mis à regarder de lui-même et tout seul des vidéos sur le sujet (il regarde même certaines vidéos de CherryPepper le matin en prenant son petit-déj haha ^^). Et là il s’est carrément dit qu’il allait devenir vegan.

Sur ce point-là, pour être honnête, nous ne sommes vegans que chez nous. Je ne cuisine donc avec aucun produit animal chez moi si l’on fait exception du miel. Je trouve en effet qu’un vrai bon miel a  énormément de vertus au point de vue de la santé, et je ne comprends pas pourquoi je m’en priverais pour le moment. Je considère ça comme un véritable cadeau de la nature, un remède 100 % naturel et terriblement efficace sur plein de maux différents. Pour en revenir à nos moutons, nous ne sommes vegans que chez nous car nous trouvons pour l’instant ça trop dur de l’être à 100 %, autrement dit même à l’extérieur, dans le sens où l’offre en termes de restauration n’est pas assez développée et où j’apprécie déjà fortement le fait que nos familles et amis font plein d’efforts quand ils nous reçoivent en cuisinant végétarien, mais que je ne veux pas leur imposer de cuisiner vegan pour nous. Ce serait bien trop compliqué pour eux. Mes amis ne sauraient pas quoi faire, et j’imagine mal imposer à ma mère de faire un gâteau vegan à chaque anniversaire par exemple. Alors, certes, nous pourrions ne pas manger ce qui n’est pas vegan, faire le tri. Mais nous n’en sommes pas là. Ma mère cuisine pour me faire plaisir, je le sais. C’est par mon biais qu’elle récolte le plus de compliments. Et je ne veux absolument pas casser ça. Elle fait déjà tellement d’efforts pour moi !

IMG_7546

Ça me fait d’ailleurs penser à autre chose concernant notre cheminement vers le véganisme. J’ai récemment regarder une vidéo sur le cuir de Magalie et Michel de CherryPepper. Car, si vous ne le savez pas, être vegan signifie aussi ne pas porter de matières issues des animaux. C’est en fait un véritable mode de vie opposé à l’usage actuel que l’on fait des animaux qui peuplent notre planète, que ce soit en termes d’alimentation, d’habillement ou bien encore de beauté. Dans cette vidéo, Michel explique avoir jeté ses vêtements non vegans lorsqu’il l’est devenu. Il ne voulait même pas les donner à quelqu’un car, pour lui, ça serait revenu à en faire la promotion. Il relativisait néanmoins très justement ses propos en précisant que chacun a sa propre vision de la chose et agit comme bon il l’entend. Pour ma part, je ne raisonne donc pas du tout comme lui. Je suis également très portée écologie et environnement et je ne supporterais pas de jeter pour le principe. J’ai des Ugg, et je vais continuer à les porter. Je ne vais pas jeter toutes mes chaussures en cuir. Pour la fourrure à proprement parler, j’ai quelques articles qui en contiennent mais je n’arrive plus à les porter. Je pense donc les revendre ou bien les donner. Néanmoins, lorsque je dois faire un nouvel achat, je le fais désormais en pensant à mes nouveaux principes. J’essaye donc d’acheter plus éthique et plus en accord avec mes valeurs. Mais encore une fois, je suis loin d’être parfaite. J’achète encore chez H&M par exemple. Je pourrais ici vous parler beauté également, en vous précisant que je continue à utiliser les produits que j’ai en stock. Je ne vais pas les jeter car ils sont issus de marques qui testent sur les animaux, parce qu’il ne sont pas bios, parce qu’ils contiennent des silicones, parabens, sulfates ou autres. Néanmoins, encore une fois, je ne me tournerai plus vers eux à l’avenir. Pour faire un autre parallèle,  avec l’alimentaire cette fois-ci, j’essaye de consommer zéro déchet, bio et local, mais je suis loin des 100 %. J’achète très souvent des bananes (toujours bios par contre, je n’y déroge pas), de temps en temps des mangues, etc. Mais dans tous les domaines, j’essaye de faire de mon mieux en fonction de mes principes, de mes valeurs, de l’offre et de mon budget, c’est une certitude. Et j’en suis fière d’ailleurs. Fière d’être une consommatrice alerte, consciente, avec des principes. Mais je ne suis pas du tout gênée par le fait de ne pas être parfaite, ou que certains le soient plus que moi. Absolument pas. Je fais mon propre cheminement.

Pour terminer sur ce point, je vous invite à aller lire cet article d’Antigone XXI qui évoque la question suivante :faut-il être parfait pour être engagé ?

A bientôt pour d’autres articles sur le sujet, j’espère que ça vous a plu et, surtout, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires !

IMG_7511

10 réflexions sur “Mon cheminement vers le véganisme

  1. Astrid (Rhapsody in Green) dit :

    Coucou, j’ai trouvé ton article très intéressant. Quel bonheur d’avoir un copain qui comprend tes engagements et te suit sur la voie du véganisme ! Pour ma part, je suis végétarienne depuis plus de 9 ans et ce n’est que récemment que je commence à m’intéresser au régime végétalien. J’ai changé énormément de choses dans mon alimentation et j’ai adopté une alimentation végétalienne à environ 80% à la maison. A l’extérieur, je suis comme toi et je fais des exceptions parce que je n’ai pas envie de me passer de sorties ou de ramener mon propre plat chez les autres, je trouve ça un peu tristounet. Mon chéri mange comme moi à la maison, cela fait bien longtemps qu’il n’a pas acheté de viande. Par contre il est bien loin du végétarisme mais comme toi, je respecte ses choix et n’essaie de convaincre personne. Bisous !

    J'aime

    • pampleluneh dit :

      Merci :) Oui ce n’était pas du tout le cas au début, mais je suis bien contente qu’on soit maintenant sur la même longueur d’ondes, c’est très épanouissant. A bientôt, bisous :)

      J'aime

  2. marjolainerapog dit :

    C’est très intéressant et courageux de partager ton expérience ici. Je dis courageux car, malheureusement, j’ai pu constater que beaucoup de personnes réagissent négativement (critique négative / sarcasme / avis tranché sans possibilité de partage et discussion) face à des personnes qui ont décidé de changer leur mode d’alimentation (peur ? ignorance ? un moyen de cacher sa gêne de ne pas vouloir se soucier de tout ce qui est impliqué derrière le fait de manger de la viande ? … un peu de tout, je pense. Mais c’est un autre sujet.)
    Je suis devenue végétarienne depuis presque 2 ans. Ca n’a pas été un choix fait du jour au lendemain mais un choix qui s’est construit petit à petit en moi, réfléchi et documenté. J’ai sauté le pas quand je me suis installée aux USA (ce n’était pas conscient mais avec du recul je me rends compte que ça a été une aide car je n’avais aucun regard critique de ma famille). De même que pour toi, je n’ai pas entrainé mon playboy personnel dans ce changement. Je pense que c’est trop personnel et qu’il faut que chacun fasse le cheminement par lui-même. Et comme toi, il s’y est mis aussi (à ma surprise), un peu plus tard que moi, mais est maintenant totalement sûr de son choix.
    Forcément, en s’intéressant à toutes ces questions, et en choisissant de devenir végétarien, on finit par se rapprocher du veganisme. Ca me semble dans la logique des choses.
    Nous sommes rentrés en France depuis peu et je dois dire que je suis super choquée du fait qu’être végétarien (et je ne parle même pas d’être vegan) est presque comme être des extraterrestres. Il faut faire plusieurs magasins pour trouver les produits dont on a besoin. On est vu comme des gens « spéciaux ». C’est un chemin de croix dès qu’il faut manger dehors. Les restaurants ne font même pas l’effort de préciser sur leur carte si un plat est végétarien ou pas (je ne parle même pas d’en proposer un car tu en as deja très bien parlé). Je trouve ça assez triste…
    Je vais m’arrêter là car mon commentaire est déjà beaucoup trop long ! Merci pour ce partage :-)

    J'aime

    • pampleluneh dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire vraiment très intéressant. Pour ma part je n’ai vraiment aucune honte à ne pas être parfaite et à partager tout cela. Si cela peut aider, je suis bien contente. En tout cas tu as raison pour la France.. On est vraiment en retard à ce niveau-là. Je suis allée dans des micro-villages écossais qui avaient un unique pub avec plusieurs propositions végétariennes à la carte !! Ici même dans une ville de 40 000 habitants trouver un plat végétarien peut s’avérer difficile. Vegan n’en parlons pas haha ! D’ailleurs je me force toujours à demander quelque chose de végétarien comme ça ils se rendent compte qu’il y a de la demande ;) A bientôt sur Instagram ou ici, bonne journée !

      Aimé par 1 personne

  3. Marion dit :

    Merci pour cet article ! Chacun a une approche très différente. J’ai moi aussi arrêté de consommer des produits d’origine animale chez moi, je cuisine vegan et veille à alimenter mon blog avec des recettes végétales, c’est aussi un petit défi pour moi. Et comme toi, je ne mange pas toujours vegan à l’extérieur. Mes parents ont pris l’habitude de cuisiner végétarien quand je suis chez eux, ce qui n’était déjà pas gagné. On mange végétarien à Noël, pas vegan, mais c’était deja un sacré pas en avant d’éliminer la dinde et le fois gras (même si comme toi j’adorais ça). Mes grands parents sont très chouette aussi là-dessus, je ne vais pas contraindre ma grand-mère de 78 ans de changer sa traditionnelle de crêpes. Je pense qu’il faut faire la part des choses. Je me suis beaucoup retrouvée dans tes discussions avec ton copain : le mien est omnivore, il l’est toujours mais mange aussi les plats vegan que je cuisine. Il ne refuse pas de la viande à l’extérieur, mais je le vois de plus en plus prendre l’option végétarienne au restau.
    Je pense que chaque pas compte, et j’ai beaucoup de mal avec certains vegan qui accusent ceux qui essayent de ne pas en faire suffisamment, parce qu’il reste un peu de miel dans leur muesli ou parce qu’ils ont craqué sur un morceau de fromage chez les parents. La tolérance doit rester le maître mot.
    Bref, merci pour ce partage, c’est nécessaire :) bonne journée !

    J'aime

    • pampleluneh dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire, ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à faire ça, à penser ça et à être dans ce cheminement. Et je suis contente de ne pas être suivie par des vegans extrémistes :) A bientôt, biz !

      J'aime

    • pampleluneh dit :

      Merci compatriote yelpeuse :) Et non, c’est une question de volonté en fait. Mais quand tu le fais pour les bonnes raisons et que tu es convaincue de ce que tu fais, ça va tout seul !

      J'aime

  4. Les bulles d'inspiration d'Helychrise dit :

    Hé bien je crois qu’on a eu le même parcours!
    Tout pareil pour celui de nos hommes! Le mien revient de loin : pizza, viande, malbouffe avec au début l’interdiction de devenir végétarienne me concernant, il ne l’acceptait pas!!! J’ai commencé à l’être quand il n’était pas là (la moitié du temps il est en mission à l’étranger). Puis comme c’est moi qui fait à manger, il s’est adapté petit à petit à manger moins de viande (j’en faisais juste pour lui), puis maintenant il ne dit plus rien, il est même ravi. Pour lui la raison la plus forte c’est la condition animale (il aime plus que tout les animaux).
    A l’extérieur il s’accorde de temps en temps une viande ou poisson quand il n’y trouve pas son compte mais en me demandant le choix qu serait le meilleur. C’est bien sûr côté famille et amis que ça coince. Je me force donc encore à en manger, l’estomac serré, mais je sais que dans peu de temps j’assumerai totalement. Il me faut encore du temps cela ne fait qu’un peu plus d’un an que j’ai décidé de prendre la décision. (même si au fond de moi j’ai eu le déclic quand j’étais étudiante il y a 10 ans!).
    En tout cas, c’est enfin un mode de vie qui me correspond, je me sens enfin en accord avec moi-même (comme tu l’expliques ça passe par beaucoup d’autres choses comme moins produire de déchets, moins consommer,).

    J'aime

    • pampleluneh dit :

      Merci beaucoup pour ce témoignage ! Ca fait plaisir à lire et c’est très encourageant. Chacun va à son rythme, mais en tout cas ose t’affirmer ;) Tant que ça te correspond et que c’est fait pour les bonnes raisons, il n’y a pas lieu de te brider au risque de le regretter ;) On vit bien plus heureux lorsque l’on est en accord avec soi-même !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s